Rechercher

Sénégal : fin du feuilleton Karim Wade ?

Samedi 21 mars, Karim Wade avait été désigné candidat du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) à la prochaine élection présidentielle, prévue en 2017. Pourtant, l’ancien ministre et conseiller de son père Abdoulaye Wade est en détention préventive depuis avril 2013.


De nombreux observateurs parlent d’une stratégie politique permettant à son camp d’asseoir ses critiques contre un procès selon eux « politique ». « Karim Wade allait être condamné, c'est clair, net et limpide, affirme le rédacteur en chef de Sud Quotidien. C'était une stratégie politique pour montrer à l’opinion nationale et internationale qu'au Sénégal, on a emprisonné le candidat du PDS à la présidentielle ».


Mais pour écarter l’existence de « tout projet politique pour couler l’adversaire », le ministre sénégalais de la Justice Sikidi Kaba a affirmé que Karim Wade gardait ses droits civiques. La CREI a en effet « écarté l’interdiction de l’exercice des droits civiques, civils et de famille prévus par l’article 34 du Code pénal », selon le ministre. L’actuel président Macky Sall qui brigue un second mandat assure ne pas craindre une éventuelle candidature de Karim Wade. « S’il y a un candidat plus fort que moi que les Sénégalais vont désigner, on en prendra acte », a-t-il déclaré la semaine dernière.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout